Décalage d'OPERAT : comment optimiser les 12 mois de plus?

C’est désormais connu : l’échéance pour la première remontée de données de consommation est décalée d’un an, au 30 septembre 2022, au lieu du 30 septembre 2021.

C'est la plateforme OPERAT, la plateforme en ligne gérée par l’Ademe qui recueille les données de consommations énergétiques des bâtiments.

Pour tout savoir sur les modalités d'utilisation d'OPERAT

Prévisible, espéré même pour certains, ce report d'un an a de prime abord le goût d’un rendez-vous raté : celui du secteur du bâtiment tertiaire avec l’efficacité énergétique.

Car les collectivités et les entreprises s’étaient mises en ordre de marche: leur participation ces derniers mois dans nos webinaires ainsi que ceux de nos concurrents en attestent, les demandes d’information, prises de rendez-vous sur le décret tertiaire se multiplient.

Collectivement, la mise en place d’une méthodologie s’esquissait sur le chemin vers l’objectif de -40% de consommations d’énergie finale d’ici 2030.  La consommation énergétique des bâtiments est devenu une des préoccupations des Directions du Patrimoine.

 

1/3 des collectivités manque de visibilité sur les enjeux

Mais il faut l’avouer sans détour, ce report de l’échéance pour la première remontée de données de consommation sur OPERAT, sonne aussi comme un soulagement chez beaucoup d’acteurs du bâtiment tertiaire, des collectivités comme des entreprises.

Notre étude Sobre Energie de novembre dernier le montre clairement : les collectivités ne sont pas toutes matures sur leur programme de l’efficacité énergétique : 1/3 des collectivités interrogées (communes, départements, régions) a peu de visibilité sur les enjeux du décret tertiaire. Un autre 1/3 ne voit pas comment à l’heure actuelle répondre aux objectifs réglementaires (Sobre, 2020).

Pour comprendre comment la transition énergétique peut être un atout pour votre collectivité

Les tensions budgétaires, le manque de compétences et surtout l’impact de la crise du Covid qui impose un focus sanitaire sur celui de l’Energie, pèsent sur nombre d’acteurs territoriaux comme pour les entreprises d’ailleurs

De ce point de vue, le décalage d’un an a le mérite d’offrir la possibilité aux acteurs du tertiaire de mettre en place des actions concrètes et concertées pour leur collecte comme pour l’analyse, d’établir des plans de déploiement avec en priorisant l’efficacité énergétique.

Ce décalage laisse-t-il plus de temps pour entamer sa démarche d’efficacité énergétique ? Pas vraiment car si la première déclaration est décalée, les échéances du décret Eco Energie tertiaire quant à elles, ne le sont pas, 40% de consommations d’énergie finale d’ici 2030 sont attendues de pied ferme !

 

Plus vous démarrez tôt, plus douce sera la pente pour y arriver.

Ces prochains mois restent donc décisifs. Aussi comment mettre à profit ces 365 jours supplémentaires pour être vraiment au rendez du décret tertiaire.?

Entreprises et collectivités doivent en profiter pour mieux intégrer les différents arrêtés (janvier et avril) qui mettent en musique le décret tertiaire sans oublier le fait que pour certaines activités comme la  restauration-hôtellerie, commerces, établissements de santé, ou encore les gares/aéroports…qui ne sont pas encore définies. Une incertitude qui devrait être levée prochainement et permettra de mettre à égalité d’informations tous les acteurs du tertiaire.  Maîtriser les enjeux, pour optimiser sa stratégie.

Comment les entreprises peuvent être accompagnées financièrement dans leur efficacité énergétique

Car la stratégie énergétique se double d’une stratégie immobilière à horizon 2050. Choisir sur quelles consommations agir ? Où en priorité ? Comment arbitrer les rénovations de bâtiments ? Se conformer au décret tertiaire, permet à long terme de valoriser son parc immobilier qui bénéficiera d’une notation positive sur OPERAT.

Le 30 septembre 2022, c’est déjà demain.

 


Sobre énergie; bâtiment; décret tertiaire; transition énergétique

Sobre Energie partenaire de confiance du groupe La Poste

Sobre Energie accompagne depuis 3 ans le groupe La Poste dans sa politique énergétique: grâce à notre double savoir-faire technique et humain, les résultats sont là.

-13% de consommation sur le périmètre du parc retenu

-197 bâtiments certifiés ISO 50 001 par l'AFNOR depuis avril 2020

Pour en savoir-plus, lisez notre étude de cas:


Téléchargez notre étude de cas

Pour découvrir notre plateforme Data M.A.R.C. de management énergétique 

Pour en savoir plus sur notre offre de formation à la sobriété énergétique


Sobre énergie; Décret tertiaire; efficacité énergétique; bâtiments

De l'importance des occupants dans un bâtiment tertiaire

Mention peut mieux faire.

166 bâtiments BBC (basse consommation) tertiaires et résidentiels ont été analysés sur leurs deux premières années d’occupation, dans le cadre du programme "Bâtiments démonstrateurs".

Un programme basé sur la plate-forme de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment (PREBAT) piloté par l’ADEME, le CEREMA et le ministère du développement durable.

Conclusion: même dans des immeubles récents, les consommations énergétiques ne sont pas optimisées. Surtout les occupants ont un rôle primordial à jouer.

Premier enseignement: le gaspillage

Dans les bâtiments tertiaires, plus de la moitié de la consommation électrique totale annuelle a lieu en période d’inoccupation !

  • La nuit ou le week-end, la consommation électrique pour la climatisation peut même représenter jusqu’à 60%
  • 30% pour la partie éclairage, alors que le bâtiment est inoccupé.

Des chiffres énormes souvent insoupçonnés par les occupants ou les gestionnaires des bâtiments. Pour s’en rendre compte, il est primordial de pouvoir suivre en temps réel ces consommations par des capteurs de présence comme le propose Sobre Energie.

Grâce à notre plateforme et nos capteurs installés dans vos bâtiments, nous pouvons détecter ainsi des incohérences sur le chauffage, la climatisation ou l’éclairage quand vos bâtiments sont inoccupés. Un gisement fort d'économies d'énergie.

Cibler le chauffage et la climatisation

C’est la deuxième conclusion qui ressort de l’étude. Ce sont en effet les principaux postes de consommations d’énergie dans les bureaux : le chauffage représente en moyenne 50% de la facture, suivie par la climatisation.

Découvrez nos bonnes pratiques à développer pour optimiser vos consommations de chauffage et de climatisation.

Et souvent, les usages ne sont pas optimisés à cause de températures de consigne trop élevées (jusqu’à +2,5°C pour le chauffage) et trop basses sur la climatisation (entre 21° & 25°).

Or 1°C de chauffage en moins, c'est déjà 7% de consommation énergétique en moins.

En général, les températures de consignes recommandées dans les bureaux sont de 19°C en hiver et de 26°C en été.

« Rôle des occupants primordial »

Le décret tertiaire exige d’atteindre:

  • -40% de consommations énergétiques d’ici 2030
  • -60% à horizon 2050
  • pour tous les bâtiments tertiaires de plus de 1000m2.

Pour atteindre la sobriété énergétique, « le rôle des occupants est primordial » insiste l’étude du CEREMA.

Il faut agir sur les comportements, mais souvent les pratiques des occupants peuvent entraver la performance énergétique, pour plusieurs raisons :

  • complexité du pilotage des équipements, typiquement le réglage de la climatisation dans un open space.
  • habitudes culturelles contre-productives
  • inconfort ressenti, le sentiment de froid qui ne dépend pas uniquement de la température mais aussi de l’humidité dans la pièce.

Chez Sobre Energie, nous sommes convaincus qu’engager dans la pérennité les occupants des bâtiments tertiaires est un pilier de la sobriété énergétique. Tous les occupants, les référents techniques, comme les managers. La sobriété c’est l’affaire de tous.

Formation, campagne d’affichages d’écogestes, challenges, chez Sobre Energie, nos Engagement managers avancent pas à pas avec vous pour lever les freins. Objectif : trouver le bon moteur pour atteindre et maintenir dans la durée la performance énergétique.

Pour en savoir plus sur nos offres de formation à la sobriété énergétiques, cliquez ici. 


Sobre énergie; management; décret tertiaire; data

Au coeur des datas énergétiques

Notre experte data, Violaine Vidal chez Sobre Energie, décrypte les enjeux des datas dans le management énergétique des bâtiments tertiaires.

De quoi parle-t-on quand on parle de datas énergétiques ?


"Il s’agit de données multiples et stratégiques au carrefour des bâtiments (m2), de l’énergie (kWh) et de l’ingénierie digitale.

Leur source ? Un écosystème complexe d’acteurs: distributeurs d’énergie (Enedis) et fournisseurs (comme EDF, Engie, Direct Energie…), gestionnaires des bâtiments, sous-traitants et mainteneurs, capteurs IOT, données météorologiques.

Sobre Energie exploite ainsi en 2021 sur sa plateforme digitale pour ses clients :

  • 60 Millions de données distributeurs (collecte en temps réel des kWh consommés)
  • 600 000 factures
  • 50 Millions de données provenant de nos capteurs d’ambiance (luminosité, température, humidité, présence)
  • 3 Millions de données climatiques (Degrés jours unifiés) selon la localisation des bâtiments
  • données patrimoniales des bâtiments (typologie, m2, intensité d’usages)."

Pour en savoir plus sur notre plateforme DATA M.A.R.C

"Mesurer ne suffit pas. Il faut savoir exploiter ces données."


Quel est l’enjeu du data management ?

"Savoir collecter, puis exploiter ces millions de données: en les rendant fiables, régulières (pas de trous de données selon les mois ou les saisons) et homogènes (même unité ou période de référence).

Cela offre ensuite une double vision :

-un panorama d’ensemble des consommations de vos bâtiments. Pour savoir combien vous consommez et comment ?

-une photographie détaillée pour faire ressortir les bâtiments les plus énergivores, donc prioritaires. Vous pouvez aussi comparer un bâtiment en particulier avec un bâtiment semblable du reste du parc.

A partir de données bien exploitées, les datas managers peuvent établir des scénarios. Cela aide nos clients à savoir où et comment agir pour améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Cela dépendra de la typologie de bâtiments, de son étiquette énergétique, des budgets, du temps de retour sur investissement.

Ces scénarios sont visibles instantanément sur notre plateforme digitale."


Quel rôle jouent les datas pour le décret tertiaire ?


"Un rôle crucial. Toutes les données exploitées sur notre plateforme offrent un suivi dynamique des consommations mois après mois, par type de fluides. Nous obtenons une fiche synthèse par site.

Un outil de management énergétique indispensable, qui constitue le socle de base du décret tertiaire : pour vous engager dans la trajectoire de -40% des consommations énergétiques d’ici 2030, il faut d’abord établir votre année de référence sur la plateforme de l’Ademe « Operat ».

Notre article pour tout savoir sur le Décret tertiaire (calendrier, enjeux, objectifs)

 

C’est le rôle des datas-managers de Sobre Energie de vous accompagner dans cette démarche, en fonction du profil et des consommations de votre parc.

Et ensuite, toutes les datas aident à construire des scénarios et des plans d’actions génériques et spécifiques. Ils permettent d’avancer sur le chemin du décret tertiaire en agissant sur les usages du bâtiment :

  • mise en place de température de consigne
  • installation d’une GTB (gestion technique du bâtiment)
  • remplacement d'une chaudière par une pompe à chaleur

L’enjeu ? Atteindre les objectifs fixés :

  1. En valeur relative:
  •  -40% de consommation d’énergie finale d’ici 2030
  • -50% d’ici 2040
  • -60% à horizon 2050

2. En valeur absolue : l’objectif est alors déterminé selon la catégorie d’activité (bureaux, établissements d’enseignement, établissements de santé, hôtellerie-restauration…). Il faut moduler ce paramètre en fonction de l’emplacement géographique et des indicateurs d’intensité d’usage (ex amplitude horaire, taux d’occupation du bâtiment).

Ainsi l’objectif sera différent entre un bâtiment de bureaux standard situé dans le Var et un autre de bureaux open space dans les Ardennes."